PROJET INTERIEUR

GESTUELLE

PHOTOGRAPHIE ARGENTIQUE - CHAMBRE TECHNIQUE - FORMAT 4/5 INCHES - 2018

 

Dans cette série réalisée en 2018, les gestuelles typiques des hystériques soignées par J. Martin Charcot et recensés dans l’Iconographie photographique de la Salpêtrière sont ré-activées par une danseuse dont le corps est fondu dans le noir, ne laissant apparaître que ses mains.

L’histoire de l’hystérie illustre les questions de la mise en scène, de l’espace mental d’une société, des représentations qui s’inscrivent comme dans un théâtre de mémoire historique. L’usage de la photographie vient saisir ce que le féminin contient de troublant et de dérangeant pour le psychiatre-photographe.

Ici, les gestes, isolés du reste du corps et du contexte psychiatrique, sont fondus au noir pour n’en retenir que l’essentiel. Loin de l’expression d’une pathologie, ils apparaissent soudain vêtus de leur seule grâce, mouvements habités d’une danse fluide et expressive.